Vos vaccins, information du groupe AVNIR

ACS France > Actualités > Vos vaccins, information du groupe AVNIR

Logo-AVNIR-Petit

Les personnes ayant une spondyloarthrite traitée par biothérapie sont immunodéprimées, ce qui signifie que leurs défenses immunitaires sont diminuées par rapport aux personnes qui ne bénéficient pas de biothérapie.

En langage courant, sous biothérapie nous sommes plus fragile donc propice à être contaminé par le premier virus qui passe. La grippe comme le pneumocoque sont les principaux virus contre lesquels il faut de prémunir, aux Antilles lors de notre dernier colloque à Fort de France (8 mai 2014) nous avons aussi évoqué le virus de la Dengue et du Chikungunya   

Il est donc prudent de se faire vacciner, parlez-en à votre rhumatologue ou à votre médecin généraliste, posez-lui toutes les questions qui pourraient vous préoccuper.

 Nous vous avions déjà parlé de l’enquête AVNIR réalisée en collaboration avec un groupe d’associations dont les pathologies qu’elles défendent sont concernées par l’important sujet des vaccins. Certains adhèrent au principe des vaccins et en comprennent l’utilité, d’autres les rejettent,

Espérons que cette enquête puisse montrer aux personnes sous biothérapie l’intérêt vital qu’il y a à se prémunir.

Nous vous transmettons  donc l’abstract ainsi que le poster sur les résultats de l’enquête AVNIR soumis par les équipes du Pr Launay et acceptés aux Journées Nationales d’Infectiologie (JNI).

Parlez-en à votre médecin généraliste et/ou à votre rhumatologue, normalement ils vous en ont déjà parlé en vous prescrivant votre biothérapie, sinon ils sauront répondre à vos questions.

Cliquez sur les liens ci-dessous.

11 juin 2014, FG pour ACS-France 

2014.06.11-Couverture_Vaccinale_ID_JNIVF

2014.06.11-AVNIR_JNI_VF       

2014.06.06-Vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes âgées et les professionnels de santé

Voici également deux sources d’informations importantes et complètes :

– Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales (2013) du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique

 

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart