Marseille – SpondyCafé le 28 mai 2016

ACS France > Actualités > Marseille – SpondyCafé le 28 mai 2016

ACS-France organise un SpondyCafé particulier le samedi 28 mai à Marseille.

Tous les ans depuis 2014 nous organisons le “Off de la rhumato” dans la ville où le Société française de rhumatologie (SFR), qui est la société savante de nos maladies rhumatismales, organise ses Journées nationales de rhumatologie, cette année du 24 au 28 mai 2016 à Marseille.

Malheureusement pour vous ces journées sont réservées aux rhumatologues, ACS-France y aura un stand mais vous ne pourrez pas venir, c’est la raison de notre “Off de la rhumato“.

Donc après Fort de France (2014), Nice (2015), en 2016 nous serons avec vous dans un endroit magique : Nous vous donnons rendez-vous devant le MUCEM , sur le quai où nous accosterons TOHUNGA, un beau voilier sur lequel nous vous attendrons. Pour vous, nous avons réservé une place de choix.  😆

Rendez-vous à 10h00 (le matin), prochainement nous vous communiquerons le numéro exact de la place où nous serons amarrés, il nous reste à choisir l’un des deux bassins, ne vous inquiétez-pas ACS-France sait recevoir, à bord de TOHUNGA il y a tout ce qu’il faut pour passer un bon moment entre amis, et un bain de soleil à l’avant pour celles qui voudront bronzer !

 

mucem-localisation_0         Escale-Marseille-MUCEM

 

Qu’est-ce qu’un Tohunga ?

Le Tohunga, dans la culture māorie est décrit classiquement et faute de traduction adéquate comme un sorcier, un sage, un prêtre ou encore guérisseur… Il s’agit du terme générique pour désigner des spécialistes dans diverses disciplines.

L’équivalent du tohunga est appelé tahu’a aux îles de la Société, ta’unga aux îles Cook, Kahuna à Hawai’i.

Leur travail s’accompagnait de certains rituels ou pratiques religieuses. Les Tohunga regroupaient plusieurs disciplines (rituels, histoire, cérémonie sacrées, généalogies) et malgré des connaissances dans chacune d’entre elles, se spécialisaient la plupart dans du temps dans une discipline.

Un long apprentissage était nécessaire pour devenir Tohunga. Ce statut en faisait parfois des conseillers auprès des chefs de leurs tribus.

On consultait le Tohunga, qui interrogeait l’avenir en jetant une baguette faite de raupo (typha angustifolia, espèce de roseau fort commun en Nouvelle-Zélande).

Peut être qualifiée de Tohunga, toute personne habile et experte dans un art par exemple la construction des pirogues ou des maisons, la navigation hauturière tel le fameux Tupaia de Raiatea en Polynésie, guide de l’explorateur James Cook lors de sa première circumnavigation, le tatouage, la sculpture sur bois, etc.). Le travail des Tohunga s’entourait d’un certain rituel et de pratiques religieuses. C’est cela qui lui conférait un caractère sacerdotal.

 

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart