La spondy met l’feu au Bikini !

ACS France > Evénements > La spondy met l’feu au Bikini !

Samedi 9 février 2109 “Le Bikini” organisait un concert au profit d’ACS-France, grâce à Fabrice Cab. qui a une spondy et qui a pensé à nous, 1€ par personne qui entre versé à ACS-France, il y en a eu 1600 !

ACS-France ne pouvait pas manquer cette occasion de faire la fête, 24 heures un peu folles qui nous ont donné des idées pour les 10 ans de la JNS en 2020 !

Départ de Nice à 11h00 pour Toulouse, merci EasyJet de faire la ligne, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Tony Estripeau, un Toulousain spondypote qui fait de grandes balades à vélo avec des enfants malades, comme Toulouse – Paris l’an passé avec une arrivée à la JNS 2018 sur notre scène pour remettre un chèque destiné à la recherche.

Eddy me propose de déjeuner, “je mange comme un piaf, que mange-t-on à Toulouse à 14h30” demande-je ? Une grosse saucisse du nom de la ville !

Début de soirée vers 20h30 au Bikini, j’ai du temps à perdre, je me rapproche du Bikini, Eddy me dépose au Buffalo grill proche du Bikini, ils ne font pas juste bar, bon et bien amenez-moi des ribs, que n’avais-je pas dis, ils faisaient 400 grammes, plein de frites, . . . au secours !

Vers 19h30, arrivée au Bikini, superbe endroit déco métal brut, entièrement conçu pour des spectacles musicaux, puis après le show du groupe le Bikini se transforme en une grande discothèque avec une sono d’enfer, le top de la sonorité. 

“Salut Franck”, tu as fais bon voyage, tu vas bien manger un bout avec nous ? Ok, il faut se caller le ventre pour la nuit, et quoi de mieux qu’un gros camembert en boite cuit au four avec des pommes de terre et un liquide rouge (?), la tarte arrive ensuite puis après la tarte mon téléphone sonne : notre ami Dîdier l’Ironspondyman (qui n’est pas de Toulouse) traîne en ville, j’ai de plus en plus peur pour mon foie ! 

ACS-France avait un stand mis à disposition par le Bikini, ici notre ami Didier .G, en dillétente à Toulouse, tient le stand d’ACS-France, nous avions chacun un bracelet qui nous permettait de consommer à volontée, et nous en avions de la volonté, heureusement le flipper nous éclairait. 

Après 20 ans dans ACS-France, je suis toujours étonné de voir combien les personnes touchées par notre maladie s’investissent et mettent leurs compétences et leur dynamisne au service de notre mission. De partout, que ce soit en Métropole, dans les Dom-Tom ou bien de pays au quatre coins de la planette, nous recevons des messages, des propositions de partages, de challenges, de défis, de services, qu’elles soient médicales, sportives ou festives, nous les étudions toutes et dans la mesure de nos possibilités (physiques et/ou financières), nous participons !

Mais à Toulouse sur les 1600 personnes plus le personnel, nous n’étions que trois à être concernés par la spondy, mais des centaines de personnes m’ont posé des questions, toutes et tous contents d’avoir contribué à notre cause, 1 euro ce n’est pas énorme, mais 1600 personnes qui donnent un euro ça devient important, pensez à devenir membre pour soutenir les actions d’ACS-France.

Toulouse a été une très belle expérience, humaine, musicale, gustative et j’ai pu constater que je pouvais encore passer une nuit blanche sans problème, et si le samedi après la JNS 2020, pour fêter les 10 ans de la JNS nous organisions “La nuit de la spondy” avec un DJ ?

Voici la petite vidéo de la fin de nuit à Toulouse, cliquez sur le t-shirt ”Nirvana” de Fab !

06h00 du matin, le jour allait se lever, le Bikini allait fermer et tout cela se passait très bien, félicitation à toute l’équipe du Bikini, à tous les étages !

Il y avait du ménage à faire . . . mais moi j’avais un avion pour Nice à 08h50, Isa m’attendait pour déjeuner, et après sieste ! ! !

Constat : vous avez des douleurs qui vous empêchent de dormir la nuit ? Sortez et allez danser !

Merci à Fab Cab, aux platines, qui ”grace” à sa spondy a eu la belle et généreuse idée de convier ACS-France.

Mais le plus fatigué de la fin de nuit est ce policier (dernière vidéo en bas de page) surgargé, qui n’en pouvait plus, je pense qu’il n’a pas vu que je le filmais, le pauvre il était 08h00 du matin, il n’était pas au Bikini, à moins que . . . ce qui expliquerait sa grande fatigue !

 

 

Reportage réalisé au péril de ma santé ! Franck G

 

 

 

 

           

 

 

 

 

 

 

 

.
.ll
.     

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart