L’association HLA B27 et sacro-iliite IRM est très prédictive du développement d’une spondylarthrite ankylosante

ACS France > Actualités > L’association HLA B27 et sacro-iliite IRM est très prédictive du développement d’une spondylarthrite ankylosante

Article relevé sur Rhumato.net  commenté par René-Marc Flipo (CHRU de Lille) : Severity of baseline magnetic resonance imaging-evident sacroiliitis and HLA-B27 status in early inflammatory back pain predict radiographically evident ankylosing spondylitis at eight years. Bennett AN et coll. Arthritis Rheum 2008; 59 :3413-8

Le diagnostic de spondylarthrite ankylosante (SA) repose en règle sur la vérification des critères modifiés de New York ; ceux-ci exigeant la présence d’une sacro-iliite radiologique. Cette dernière peut toutefois n’apparaître qu’après plusieurs années d’évolution d’où l’intérêt de l’IRM capable de détecter très précocement une atteinte inflammatoire des sacro-iliaques.

L’objectif de cette étude était de valider la valeur prédictive d’une atteinte inflammatoire des sacro-iliaques en particulier chez des sujets avec lombalgies inflammatoires récentes (moins de 2 ans d’évolution) et porteurs de l’antigène HLA B27.

Il s’agit d’une étude prospective, réalisée initialement à partir d’une cohorte de 55 patients. Ceux-ci ont fait l’objet à l’inclusion d’une étude IRM du rachis lombaire et des sacro-iliaques, et bien sûr de radiographies standard du rachis et des sacro-iliaques.
A l’inclusion, 44 (88%) répondent aux critères de l’ESSG. Six avaient une sacro-iliite radiographique typique d’au moins grade 3. Deux avaient une sacro-iliite typique de stade 2 bilatérale et 7 une sacro-iliite stade 2 unilatérale (35 patients avec radiographie initialement normale des sacro-iliaques).
L’IRM des sacro-iliaques est, elle, positive chez 42 patients à l’inclusion (84%).
Les auteurs ont pu obtenir un suivi pour 40 patients ; le suivi moyen étant de 7,7 ans. Trente-neuf vont vérifier les critères de l’ESSG. 33/40 avaient une IRM des sacro-iliaques positive à l’inclusion. Tous ont été traités par AINS, certains par DMARDs (43%) et 5 par anti-TNFα (12,5%).
Avec ce recul moyen de 7,7 ans, un patient sur 3 va vérifier les critères de New York.
L’analyse des facteurs prédictifs donne en présence de l’antigène HLA B27 et d’une sacro-iliite sévère en IRM une spécificité de 92% pour une sensibilité de 62% (LR = 8,0).
En cas de sacro-iliite modérée ou sévère, les chiffres sont respectivement de 77% (LR = 3,3). L’IRM du rachis est moins informative, positive chez 12 patients à l’inclusion (24 lésions). Un seul sujet va progresser sur le plan radiographique.
Les auteurs ne vont pas retrouver de relation entre les caractéristiques IRM du rachis à l’inclusion et l’évolution sur le plan radiographique.
Date de publication sur Rhumato.net : 20-02-2009

Pin It on Pinterest

Share This
1

Your Cart