IRM et spondylarthrite ankylosante : ne pas oublier le rachis dorsal !

ACS France > Actualités > IRM et spondylarthrite ankylosante : ne pas oublier le rachis dorsal !

Article relevé sur rhumato.net et commenté par René-Marc Flipo (CHRU de Lille) : Magnetic resonance imaging assessment of spinal inflammation in ankylosing spondylitis: standard clinical protocols may omit inflammatory lesions in thoracic vertebrae. Rennie WJ et coll. Arthritis Care Res 2009 ;61 :1187-93

L’IRM est un examen aujourd’hui reconnu pour mettre en évidence une atteinte inflammatoire du rachis et/ou des sacro-iliaques et conforter ainsi le diagnostic de spondylarthrite ankylosante (SA). De nombreux travaux ont évalué l’IRM des sacro-iliaques et du rachis lombaire ; moins nombreuses sont les données concernant spécifiquement l’apport de l’IRM du rachis dorsal. Ce travail canadien a ainsi souhaité évaluer l’apport de l’IRM du rachis dorsal et notamment des coupes les plus latérales (atteinte inflammatoire costovertébrale). Les résultats reposent sur 49 patients inclus dans une cohorte prospective. Ils vérifiaient les critères de New York. Huit fois/10 ils sont traités par AINS et/ou physiokinésithérapie. L’âge moyen est de 42,3 ± 11,7 ans ; la maladie évoluant depuis 19,4 ± 11,4 ans (2 – 42). Au moment de l’évaluation, le BASDAI moyen est de 4,7 (2,7 – 8,8). L’étude IRM est faite comparativement à 6 sujets témoins dont 3 avec antécédents de lombalgie. Deux à 3 lecteurs ont spécifiquement analysé des séquences de type STIR avec acquisition par 2 antennes (rachis cervical + dorsal haut et moyen / rachis dorsal bas et lombaire). Trente neuf patients (80%) présentent au moins un signal rachidien de type inflammatoire : pour 16 (33 %) au rachis cervical, pour 37 (76%) au rachis dorsal et pour 28 (57%) au rachis lombaire. Quand l’IRM est positive, elle l’est dans 41% des cas au rachis cervical, 95% des cas au rachis dorsal et 72% au rachis lombaire. Chez les sujets témoins, 4 fois/6 on retrouve un signal inflammatoire. Pour le rachis dorsal, l’atteinte inflammatoire est plus fréquemment observée sur les coupes les plus latérales (70% versus 65% pour les coupes centrales). 45% des vertèbres thoraciques présentent un hypersignal IRM (263/588), contre 9% pour les vertèbres cervicales et 35% pour les vertèbres lombaires (un signal inflammatoire est observé sur 2 vertèbres dorsales chez les sujets témoins et 7 vertèbres lombaires). 37% des coupes latérales montrent au rachis dorsal un signal inflammatoire contre 25% au rachis lombaire. Dans 19,6% des cas, l’aspect inflammatoire en IRM n’est visualisé que sur les coupes les plus latérales. Le nombre moyen de vertèbres avec signal inflammatoire est de 5,4 au rachis dorsal et par patient, contre 1,8 au rachis lombaire. Au rachis dorsal, les atteintes inflammatoires latérales sont principalement visualisées sur les vertèbres T8 et T11. Date de publication sur rhumato.net : 11-12-2009

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart