Infections à Chlamydiae : principale étiologie des spondylarthropathies indifférenciées ?

ACS France > Actualités > Infections à Chlamydiae : principale étiologie des spondylarthropathies indifférenciées ?

 Article relevé sur rhumato.net commenté par René-Marc Flipo (CHRU de Lille) :Chlamydiae as etiologic agents in chronic undifferentiated spondylarthritis. Carter JD et coll. Arthritis Rheum 2009;60:1311-16
Certains patients vérifient les critères de type ESSG sans que l’on reconnaisse véritablement le diagnostic de spondylarthrite ankylosante ou de rhumatisme psoriasique ; le diagnostic de spondylarthropathies indifférenciées peut ainsi être évoqué. On a suggéré que certaines spondylarthropathies indifférenciées pourraient correspondre à des formes frustres d’arthrites réactionnelles ; arthrites réactionnelles qui apparaissent le plus souvent secondaires à une infection à Chlamydia trachomatis voire pneumoniae.
Cette étude nord-américaine avait pour objectif d’évaluer le pourcentage de patients avec spondylarthropathies indifférenciées ayant potentiellement une infection à C. trachomatis ou pneumoniae. Les malades devaient vérifier les critères de l’ESSG pour retenir le diagnostic de spondylarthropathies indifférenciées (voire arthrites réactionnelles à Chlamydiae). Il s’agit de patients recrutés initialement dans le cadre d’un essai thérapeutique. Les auteurs ont réalisé une analyse du tissu synovial par PCR spécifique. Chez les patients, les auteurs ont complété par une PCR Chlamydia à partir des polynucléaires neutrophiles du sang circulant. L’étude est faite comparativement à des sujets ayant eu une arthroscopie (n = 167) pour pathologie arthrosique.
Les résultats portent sur 26 patients (25 biopsies aux genoux et 1 biopsie aux poignets), se plaignant de synovites actives au moment du prélèvement. L’âge moyen est de 48,4 ans et les symptômes évoluent en moyenne depuis 9,1 années. 16/26 ont fait l’objet de radiographies des sacro-iliaques. 14 fois/16 on retrouve une sacro-iliite asymétrique de grade II ou III. Trois étaient au moment du prélèvement traités par sulfasalazine, 2 par méthotrexate et 2 par hydroxychloroquine.
La PCR Chlamydia est retrouvée sur tissu synovial positive chez 16 des 26 patients (62%). Il s’agit en règle d’une positivité pour C. trachomatis (12 patients). A posteriori, 2 patients seulement avaient un tableau clinique compatible avec une arthrite réactionnelle à Chlamydia. Pour les sujets témoins, la PCR Chlamydia est retrouvée positive sur 20 prélèvements sur 167, soit 12% (p < 0,0001). Pour 19 de ces sujets, il s’agit d’une positivité pour C. trachomatis.
En ce qui concerne les polynucléaires, la PCR n’est positive que chez 4 des 26 patients (15 % / 2/4 ont une PCR également positive sur tissu synovial).Date de publication sur rhumato.net : 27-11-2009

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart