Anti-TNFalpha et PR débutantes : quel impact sur les activités professionnelles ?

ACS France > Actualités > Anti-TNFalpha et PR débutantes : quel impact sur les activités professionnelles ?

Article relevé sur rhumato.net le 16.01.2009   Article commenté :  Par René-Marc Flipo (CHRU de Lille)
Effect of the early use of the anti-tumor necrosis factor adalimumab on the prevention of job loss in patients with early rheumatoid arthritis. Bejarano V et coll. – Arthritis Care Res 2008 ;59: 1467-74
Les bénéfices de l’introduction précoce d’un agent anti-TNFα dans la PR ont été démontrés par plusieurs essais contrôlés notamment sur les paramètres cliniques, biologiques et radiologiques de la maladie. Cette étude avait pour objectif principal d’évaluer l’impact de l’introduction précoce de l’adalimumab sur les activités professionnelles.
Il s’agit d’une étude contrôlée, randomisée, réalisée en double aveugle et contre placebo. La polyarthrite devait évoluer depuis moins de 2 ans et n’avoir jamais été traitée ni par méthotrexate (MTX), ni par agents biologiques. Les sujets à l’inclusion devaient faire l’objet d’une activité professionnelle rémunérée. Cent quarante-huit patients ont été inclus, soit 75 traités par MTX (7,5 à 25 mg/semaines dès S12) et adalimumab (40 mg / 2 semaines) ; 73 ont reçu du MTX en association à des injections sous-cutanées placebo.
Les patients devaient évaluer chaque semaine leur retentissement au travail (questionnaire WIS : Work Instability Scale / 23 items). Le critère principal de l’étude est la perte de travail (quelle que soit la cause), ou la perte considérée comme imminente du travail (définie par une non réponse ACR20 à la 16ème semaine ou l’aggravation du score WIS ou un score WIS qui reste élevé > 17).
A l’inclusion, la maladie évolue depuis environ 8 mois. Le DAS28 moyen est de l’ordre de 6. Le score WIS est de 15 (40% des patients ayant un score WIS élevé).
La figure illustre l’évolution sur le critère principal. A la 56ème semaine, le critère principal a été atteint par 20 patients du bras placebo et 12 du bras adalimumab (p = 0,005). La différence n’est pas statistiquement significative si on se rapporte aux pertes de travail spécifiquement liées à la PR (4 dans le bras placebo et 2 dans le bras adalimumab). Cette différence est par contre significative pour les pertes imminentes de travail (p = 0,04). La perte de temps de travail est significativement moindre chez les sujets traités par adalimumab : 8,6% versus 18,4% (p = 0,038). De même, l’amélioration du score WIS est significativement plus élevée dans le groupe adalilumab (p = 0,025).

Dans le groupe adalimumab, on retrouve logiquement une amélioration statistiquement supérieure du score DAS28, HAQ ou RAQoL.
Le profil de tolérance est apparu comparable dans les deux groupes.  Date de publication sur Rhumato.net : 16-01-2009

Pin It on Pinterest

Share This
0

Your Cart